LES FOURS A GOÉMON

Le four à goémon est un fossé dans lequel on brûlait le goémon sec. Il est creusé dans le sol aux parois et au fond tapissés de pierres plates de granit, jointoyées avec de la glaise. D'autres pierres plates forment des cloisons pour compartimenter le four dans lequel ont brûlait du goémon sec.

Le four mesure environ 5 à 10 mètres de longueur et de 60 à 80 cm de largeur.

Les algues, principalement des laminaires (Tali en breton), récoltées en bateau sur le littoral étaient séchées sur la dune .

Le brûlage avait lieu en été. le goémon incandescent formait une bouillie grise que l'on remuait avec de grandes spatules en fer appelées "Pifouns". Après refroidissement  on obtenait des blocs solides de 50 à 70 kg: les pains de soude.

Ils étaient vendus à une usine  de traitement à Plouescat afin d'extraire l'iode utilisée en pharmacie.

Cinq à six tonnes de goémon frais donnent une tonne de goémon sec dont on extrait environ 200 kg de soude et 2 kg d'iode.

La récolte et le brûlage du goémon étaient pratiqués par les familles d'agriculteurs et apportaient un revenu complémentaire de celui des cultures des champs.

Le goémon a été d'une grande importance pour les îliens. Il servait aussi bien d'amendement pour l'agriculture que comme combustible dans les cheminées des maisons pour la cuisine et le chauffage.

Le brûlage du goémon pour la production de la soude commença à l'île dans le dernier tiers du XIXème siècle, pour atteindre un pic en 1934 et perdura jusqu'aux années 50.

1/2
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon